La Criée

 La théâtralisation des lieux emblématiques caractérise toujours un esprit de boulevards. On vient y clamer sa joie ou pleurer sa colère. Les Parisiens remontent les Champs Élysées. Marseille descend la Canebière. L’axe République-Bastille raconte de Temple à Beaumarchais une contestation populaires. Il est à noter que le mariage de Figaro avec la lutte sociale est pour le moins déplacés. La pièce de théâtre de Beaumarchais est cependant une dénonciation des privilèges.

Paris promène son spleen pigeonnant le long des quais. Marseille s’ouvre un grand large de gabian. Le Vieux-Port n’est pas à première vue un monument historique. Sa renommée traverse pourtant les océans. Aucun monument n’écrase la cité phocéenne. Point de Tour Eiffel qui vient jouer de la trompette.

Notre-Dame de la Garde fait quand même figure de proue. A la fois sanctuaire et fort. Mais la Bonne Mère ne profite en aucun cas de sa position dominante. Elle veille sur les enfants de sa cité sans marroner.

Il fut un temps où le port grouillait d’une vie artisanale et commerciale. La présence des grands mats a pris le pas sur le travail à démailler mais les quais ne désemplissent jamais.